• info
  • réalisation
  • calendrier
  • photos
  • vidéo
  • presse
Pas de performances
Afficher les dates de représentations passées
ven 9 février 2018 20:00 Théâtre de la Bastille, Paris

http://www.theatre-bastille.com/

jeu 8 février 2018 20:00 Théâtre de la Bastille, Paris

http://www.theatre-bastille.com/

mer 7 février 2018 20:00 Théâtre de la Bastille, Paris

http://www.theatre-bastille.com/

mar 6 février 2018 20:00 Théâtre de la Bastille, Paris

http://www.theatre-bastille.com/

lun 5 février 2018 20:00 Théâtre de la Bastille, Paris

http://www.theatre-bastille.com/

ven 2 février 2018 21:00 Théâtre de la Bastille, Paris

http://www.theatre-bastille.com/

jeu 1 février 2018 21:00 Théâtre de la Bastille, Paris

http://www.theatre-bastille.com/

mer 31 janvier 2018 21:00 Théâtre de la Bastille, Paris

http://www.theatre-bastille.com/

mar 30 janvier 2018 21:00 Théâtre de la Bastille, Paris

http://www.theatre-bastille.com/

lun 29 janvier 2018 21:00 Théâtre de la Bastille, Paris

http://www.theatre-bastille.com/

sam 27 janvier 2018 21:00 Théâtre de la Bastille, Paris

http://www.theatre-bastille.com/

ven 26 janvier 2018 21:00 Théâtre de la Bastille, Paris

http://www.theatre-bastille.com/

jeu 25 janvier 2018 21:00 Théâtre de la Bastille, Paris

http://www.theatre-bastille.com/

mer 24 janvier 2018 21:00 Théâtre de la Bastille, Paris

http://www.theatre-bastille.com/

mar 23 janvier 2018 21:00 Théâtre de la Bastille, Paris

http://www.theatre-bastille.com/

sam 13 janvier 2018 19:00 Théâtre Saint-Gervais, Genève

http://www.saintgervais.ch/

ven 12 janvier 2018 20:30 Théâtre Saint-Gervais, Genève

http://www.saintgervais.ch/

jeu 11 janvier 2018 19:00 Théâtre Saint-Gervais, Genève

http://www.saintgervais.ch/

archief

Pas de performances

Un spectacle d'après 'Dors mon petit enfant' de Jon Fosse et 'Stück Plastik' (Pièce en plastique) de Marius von Mayenburg.

Jon Fosse (né à Haugesund, Norvège, en 1955) est l'un des auteurs dramatiques norvégiens les plus connus et les plus souvent mis en scène. Ses pièces sont montées dans le monde entier. 'Dors mon petit enfant' est un véritable joyau, parfaitement représentatif du style et de l'approche de Fosse, caractérisés par des dialogues tronqués où le rythme et les sonorités prennent le pas sur le sens, et par des phrases désarticulées à la poésie et à la tension émotionnelle sous-jacentes qui enferment le spectateur tout en lui offrant de l'espace, qui le déstabilisent autant qu'elles le consolent.

'Stück Plastik' est la pièce la plus récente de Marius von Mayenburg (né à Munich en 1972), depuis 1999 dramaturge et auteur dramatique en résidence à la Berliner Schaubühne am Lehniner Platz. Écrite comme une comédie reprenant la structure habituelle du théâtre de boulevard, cette pièce est sérieusement déjantée.

L'intrigue est simple : Ulrike, une femme débordée, et son mari Michael forment un couple libéral de gauche doté d'une bonne conscience écologique et politique – théoriquement, du moins. Ils engagent Jessica pour faire le ménage et s'occuper de leur fils atteint de puberté précoce. La présence de Jessica influence à plusieurs égards l'existence de la famille. Les idéaux de tolérance et d'ouverture d'esprit sont mis à mal, les bonnes intentions sont démasquées comme des tentatives futiles de nier l'existence de préjugés bien ancrés, la réalité stérile du couple est révélée. De plus, l'artiste conceptuel Haulupa fait sans cesse irruption dans la maison et, comme un frelon importun, il essaie de disloquer l'idéal familial. Le résultat est une comédie cruelle qui remet savamment en cause nos points de vue et opinions sur la famille, l'art et la société. C'est explicitement et avec une douloureuse justesse que Marius von Mayenburg pose le doigt sur la plaie de nos dilemmes et difficultés d'Occidentaux aisés.

« Je comprends si peu de choses. Et je comprends encore moins à mesure que les années passent. C'est vrai. Mais le contraire est tout aussi vrai, je comprends davantage à mesure que les années passent. Oui, il est tout aussi vrai que je comprends beaucoup de choses après des années, tant de choses même que j'en prends peur. Le fait est que je suis découragé parce que je comprends si peu et que j'ai presque peur parce que je comprends tant de choses. Comment se fait-il qu'ils soient vrais tous les deux, qu'en même temps je comprenne moins et davantage ? » (Jon Fosse, Pourquoi j'écris)

« J'essaie toujours d'écrire sur des choses qui m'irritent. J'essaie d'écrire sur des choses que je connais. » (Marius von Mayenburg)

Quoi/Maintenant_tg STAN
Quoi/Maintenant_tg STAN
Quoi/Maintenant_tg STAN
Quoi/Maintenant_tg STAN
Quoi/Maintenant_tg STAN

wat/nu (quoi/maintenant)-trailer sous-titré

Tg STAN, théâtre flamand passé au français
Frank Vercruyssen parle avec Thierry Sartoretti, 9 janvier 2018

A Genève, le tg STAN va secouer les consciences
Jolente De Keersmaeker parle avec Marie-Pierre Genecand, Le Temps, 10 janvier 2018

Reflets d'ors dans un miroir belge
Katia Berger, Tribune de Genève, 15 janvier 2018

Les rapports de classe de tg Stan
Cecile Dalla Torre, Le Courrier de Genève, 19 janvier 2018

Les coulisses de tg STAN
interview avec Damiaan De Schrijver, Le Courrier, 19 janvier 2018 

Le Nouveau Rendez-Vous
Frank Vercruyssen parle avec Laurent Goumarre, France Inter, 22 janvier 2018

La fête aux bobos
"Fidèle entre les fidèles du Théâtre de la Bastille, la compagnie des flamands du tgStan revient avec une comédie féroce, véritable jeu de massacres contre les bobos, au titre énigmatique de "Quoi/Maintenant". Sans mise en scène ni aucun des artifices du théâtre selon leur habitude et en misant tout sur le jeu des acteurs."
Rue du Théâtre, 25 janvier 2018

tg STAN taille le mépris de classe en pièces
"Régulièrement drôles, parfois franchement hilarantes, les situations scéniques de Pièce en plastique profitent de l’aisance du tg STAN, capable de rendre naturel tout ce qu’il prononce, de faire passer pour de l’improvisation ce qui est en fait scrupuleusement écrit. Capable, aussi, de naviguer d’un registre intensément comique à une densité plus dramatique, de révéler les failles d’une famille où, sous le vernis social, couve un profond mal-être, une déliquescence à retardement. Nonobstant quelques hésitations textuelles qui se règleront avec le temps, le collectif flamand prouve qu’il se situe toujours parmi les premiers de cordée de la scène théâtrale."
Vincent Bouquet, Sceneweb, 26 janvier 2018

Scènes de la vie quotidienne chez les bobos
"Jon Fosse a pondu une petite bombe poétique qui ne débouche sur rien, vu que nous ne sommes rien, mais sur des interrogations répétitives d’autant plus acides qu’elles sont portées par des acteurs qui savent surfer sur l’angoisse tournée en ridicule. Dans ce genre d’exercice, les membres de la compagnie tg STAN écrasent la concurrence, jouant avec les mots comme Neymar avec un ballon de foot."
Jack Dion, Marianne, 26 janvier 2018

"Quoi/Maintenant": tg STAN à l'assault des faux-semblants
"Le collectif tg STAN n'a pas son pareil pour fusionner les registres, combiner profondeur dramatique et légèreté corrosive. Osée, l'association réussie d'un texte de Jon Fosse et d'une pièce de Marius von Mayenburg dans leur spectacle « Quoi/Maintenant » donne encore davantage de relief à ce talent."
Vincent Bouquet, Les Echos, 26 janvier 2018

Quoi / Maintenant, spectacle de tg STAN au Théâtre de la Bastille
"Tg STAN n’est jamais aussi à l’aise que dans ces univers foutraques, borderline qui se déglinguent très vite et qu’il dézingue à son tour avec maestria et un évident bonheur. Avec cette faculté, voire cette aisance, pour les comédiens de ne jamais en faire des tonnes, même dans l’hystérie, l’air de ne pas y toucher, d’être encore en train de chercher leurs marques, leur texte, quitte à avoir un trou – vrai ou faux – comme ce soir-là, de plonger dans la brochure et de reprendre la scène, hilares, un éclat de rire qui se communique à la salle. Une façon de dénoncer la théâtralité, toujours ce pas de côté qui leur est propre, certes, mais mieux encore, mettre les spectateurs dans leurs poches et de les mener par le bout du nez là, exactement là, au cœur de l’œuvre, de ses enjeux les plus ténus, de sa langue maniée de façon si véloce. "
Denis Sanglard, Un Fauteuil Pour l'Orchestre, 26 janvier 2018

« QUOI / MAINTENANT » : LE THÉÂTRE BOURGEOIS ANTI-BOURGEOIS DE TG STAN
"Les comédiennes et comédiens de tg STAN sont extrêmement drôles ; mais à chaque éclat de rire, on se demande s’il l’on ne devrait pas plutôt pleurer. Une telle hésitation coupable, diffuse tout au long de Quoi / Maintenant, vient du fait que la troupe met quasi-systématiquement en scène son public le plus fidèle — à savoir, l’intellectuel bourgeois. Déployées sur scène, ces voix rouillées à la fois fortes et trébuchantes sont en réalité les nôtres. Ne rions pas avec tg STAN. Craignons les."
Simon Gerard, Toute la culture, 26 janvier 2018

Quoi/Maintenant (Jon Fosse / Marius von Mayenburg / tg STAN / Théâtre de la Bastille)
"On arrive tout de même à être surpris (...) par les textes que le collectif choisit (...) par le jeu libre et d’un naturel apparent"
Axel Ito, (ceci n'est) Pas une critique, 27 janvier 2018 

"Quoi/Maintenant", satire brillante de la famille bobo
"La haute voltige du collectif TG Stan baigne dans une harmonie décapante. Ils griffent mais ils n’attaquent pas, ils désossent mais ils font rire. Les ravages sociaux ont lieu sur fond de discours sur l’art, la dévastation au sein du couple se révèle avec un verre de vin blanc à la main, la tristesse de l’enfant se lisse sous le vernis à ongle et les impostures d’une forme d’art contemporain piétinent ridiculement la réalité. Le public, particulièrement jeune, s’amuse et se regarde ; il  jubile et s’interroge dans un partage festif quant à ce qu’il représente là et aujourd’hui. Dans Quoi/Maintenant, il y a incontestablement une cruauté aux accents d’un Labiche moderne rehaussé grâce au talent particulier de TG Stan, d’une teinte délicieusement corrosive."
Emilie Darlier, Artistik Rezo, 27 janvier 2018

Lutte des classes en milieu protégé
"Avec les TgStan rien n’est jamais comme on l’attend ; ils maîtrisent l’art de la mystification. Ils laissent croire qu’ils improvisent, qu’ils jouent au naturel, semblent étirer le temps théâtral, casser le rythme pour mieux le réinventer ; ils se jouent des conventions, installent une joyeuse complicité entre eux et avec le public. Ce faisant, avec talent et culot, ils extraient tout le suc de la comédie sociale corrosive de Mayenburg qui prend une dimension tragique et existentielle au contact du prologue."
Corinne Denailles, WebThéâtre, 28 janvier 2018

Quoi/Maintenant de Jon Fosse et Marius von Mayenburg
"C'est drôle, mordant et cruel à souhait. Du tg STAN dont on reprendrait volontiers une petite louche."
Alicia Dorey, Les 5 pièces, 29 janvier 2018

Théâtre : "Le personnage principal de cette compagnie est le langage"
"On a découvert cette pièce de Jon Fosse par hasard il y a quelques années, alors qu'on réfléchissait au Quoi, au maintenant . Pour une Compagnie qui existe depuis trente ans, se questionner, "qu'est-ce qu'on fait là, est-ce qu'on est bien ici", c'était important. On a trouvé ça un petit bijou doux et tendre, métaphysique, si vous voulez. Et, avec la pièce qui suit plus caustique, ça nous a paru un diptyque hilarant. Ce texte de Jon Fosse, sans ponctuation, ajoute beaucoup d'oxygène. Ses pièces sont des perles. On est très reconnaissant quand un écrivain donne son oeuvre et vous dit : Faîtes ce que vous voulez avec. Cette responsabilité partagée entre l'écrivain et les comédiens, j'aime beaucoup."
Frank Vercruyssen sur France Inter, 29 janvier 2018

Insomnie et mauvaise conscience, deux cas d’étude : Macbeth (Shakespeare) et Pièce en Plastique (Von Mayenburg)
Pour l'Amour de l'Art M...!, 30 janvier 2018

"Quoi/Maintenant": une oeuvre d'art utile!
Emmanuel Sarafini, Inferno-magazine, 30 janvier 2018

Quoi/Maintenant
"Quand le collectif flamand tg Stan s'en empare, il jette des ponts entre ces pièces, fait ressortir une drôlerie et un sens qui leur dorment des tonalités insoupçonnées. C'est stupéfiant."
Mathieu Perez, Le Canard Enchaîné, 31 janvier 2018

La chronique de Fabienne Pascaud
"Pas si facile de désarçonner le public, de le prendre à rebrousse-poil, de le faire rire là où il ne le soupçonnait pas et de l'émouvoir en jouant les farceurs. C'est pourtant ce que réussit le groupe flamand tg STAN depuis 1989. Pariant uniquement sur le plaisir du jeu, la folie de l'acteur, Ie souci maniaque du langage. Jusqu'à faire du verbe un corps vivant: l'ultime personnage." 
Fabienne Pascaud, Télérama, 1 février 2018

Tg STAN panse les bobos
"L’excellente idée est de faire jouer par le même acteur (génial Damiaan de Schrijver) le rôle de l’enfant de 12 ans trop grand pour son âge - épaules rentrées, dégaine avachie - et celui de l’artiste arrogant bien qu’en burn-out. Chaque séquence, qui pourrait n’être qu’une satire, est rendue au centuple par l’extravagance des acteurs."
Anne Diatkine, Libération, 1 février 2018

"Quoi/Maintenant": le réjouissant massacre de jeu de tg STAN
"L'occasion de dézinguer les rapports employeur-employé, de se moquer de nos misères sexuelles, de dénoncer la peau de chagrin de nos engagements pour le tiers-monde et se payer la tronche des pseudo-messages colportes par l'art contemporain Emballée dans une nonchalance désabusée qui est leur marque de fabrique la farce concoctée par les tg STAN sidère alors autant qu'elle fait criser de rire."
Patrick Sourd, Les Inrocks, 2 février 2018

Tg STAN: «Quoi/Maintenant», un spectacle maison
"Il est à la fois étrange et délicieux d’entendre ces répliques dites par Jolente De Keersmaeker, Damiaan De Schrijver et Frank Vercruyssen, trois des quatre fondateurs du groupe tg STAN. Délicieux, car on a plaisir à retrouver leur façon de parler le français en l’engorgeant des brumes et des bières de leurs Flandres natales ; leur façon d’aborder les personnages de biais, à la fois dedans et dehors, dans une amicale distanciation ; et, enfin, leur façon immuable d’accueillir le public en étant déjà installés sur le plateau du Théâtre de la Bastille, regardant les spectateurs, leur parlant, en attendant comme nous que cela commence."
Jean-Pierre Thibaudat, Mediapart, 2 février 2018

Tg STAN: un écart qui éclaire
"Il fallait l’intelligence et l’audace des tg STAN pour réunir en un seul spectacle la poésie contemplative de Jon Fosse et le théâtre énervé de Marius von Mayenburg. Deux rives reliées par des acteurs au sommet de leur art qui, pièce après pièce, cherchent l’équilibre fragile entre distance et identification – cet écart qui éclaire, aiguise et régale."
Julie Briand, Revue frictions, 4 février 2018

texte 'Dors mon petit enfant' de Jon Fosse traduit par Terje Sinding et 'Pièce en plastique' par Marius von Mayenburg traduit par Mathilde Sobottke
de et avec Jolente De Keersmaeker, Damiaan De Schrijver, Els Dottermans et Frank Vercruyssen 
lumières Thomas Walgrave 
costumes An D'Huys
production et technique tg STAN

Quoi/Maintenant_tg STAN
Quoi/Maintenant_tg STAN
Quoi/Maintenant_tg STAN
Quoi/Maintenant_tg STAN
Quoi/Maintenant_tg STAN