• info
  • réalisation
  • calendrier
  • photos
  • vidéo
  • presse
jeu 10 janvier 2019 20:30
Rungis
mer 16 janvier 2019
Alfortville
ven 8 février 2019 20:00
Marseille
sam 9 février 2019 19:00
Marseille
mer 20 février 2019 19:00
Brussel
jeu 21 février 2019 20:30
Brussel
ven 22 février 2019 20:30
Brussel
sam 23 février 2019 20:30
Brussel
mar 26 février 2019 20:00
Lorient
mer 27 février 2019 20:00
Lorient
jeu 28 mars 2019 20:30
Orléans
ven 29 mars 2019 19:30
Orléans
sam 30 mars 2019 18:00
Orléans
mer 3 avril 2019 19:30
Genève
jeu 4 avril 2019 19:30
Genève
ven 5 avril 2019 20:00
Genève
sam 6 avril 2019 18:00
Genève
jeu 25 avril 2019 20:30
Saint-Brieuc
ven 26 avril 2019 20:30
Saint-Brieuc
dim 28 avril 2019
Berlin
Afficher les dates de représentations passées
ven 28 septembre 2018 20:00 Théâtre de la Bastille

http://www.theatre-bastille.com/

jeu 27 septembre 2018 20:00 Théâtre de la Bastille

http://www.theatre-bastille.com/

mer 26 septembre 2018 20:00 Théâtre de la Bastille

http://www.theatre-bastille.com/

mar 25 septembre 2018 20:00 Théâtre de la Bastille

http://www.theatre-bastille.com/

lun 24 septembre 2018 20:00 Théâtre de la Bastille

http://www.theatre-bastille.com/

dim 23 septembre 2018 17:00 Théâtre de la Bastille

http://www.theatre-bastille.com/

ven 21 septembre 2018 20:00 Théâtre de la Bastille

http://www.theatre-bastille.com/

jeu 20 septembre 2018 20:00 Théâtre de la Bastille

http://www.theatre-bastille.com/

mer 19 septembre 2018 20:00 Théâtre de la Bastille

http://www.theatre-bastille.com/

mar 18 septembre 2018 20:00 Théâtre de la Bastille

http://www.theatre-bastille.com/

lun 17 septembre 2018 20:00 Théâtre de la Bastille

http://www.theatre-bastille.com/

ven 14 septembre 2018 20:00 Théâtre de la Bastille

http://www.theatre-bastille.com/

jeu 13 septembre 2018 20:00 Théâtre de la Bastille

http://www.theatre-bastille.com/

mar 11 septembre 2018 20:00 Théâtre de la Bastille

http://www.theatre-bastille.com/

lun 10 septembre 2018 20:00 Théâtre de la Bastille

http://www.theatre-bastille.com/

sam 1 septembre 2018 16:00 Dramaten

http://www.dramaten.se/

ven 31 août 2018 20:00 Dramaten

http://www.dramaten.se/

ven 25 mai 2018 19:30 Théâtre du Bois de l'Aune

http://www.aixenprovence.fr/Bois-de-l-Aune

jeu 24 mai 2018 19:30 Théâtre du Bois de l'Aune

http://www.aixenprovence.fr/Bois-de-l-Aune

ven 18 mai 2018 20:00 Le Reflet - Théâtre de Vevey

http://www.lereflet.ch

jeu 17 mai 2018 20:00 Le Reflet - Théâtre de Vevey

http://www.lereflet.ch

mar 15 mai 2018 20:30 Le Parvis, Tarbes

http://www.parvis.net/

lun 14 mai 2018 20:30 Le Parvis, Tarbes

http://www.parvis.net/

mar 8 mai 2018 20:00 Théâtre Garonne

http://www.theatregaronne.com/

lun 7 mai 2018 20:00 Théâtre Garonne

http://www.theatregaronne.com/

sam 5 mai 2018 20:30 Théâtre Garonne

http://www.theatregaronne.com/

ven 4 mai 2018 20:30 Théâtre Garonne

http://www.theatregaronne.com/

jeu 3 mai 2018 20:30 Théâtre Garonne

http://www.theatregaronne.com/

mer 2 mai 2018 20:00 Théâtre Garonne

http://www.theatregaronne.com/

archief

Pas de performances

« Il y a une représentation si ces trois éléments sont présents : la parole, le comédien, le spectateur. C'est tout ce dont on a besoin, on n’a besoin de rien d’autre pour que le miracle se produise. »
- Ingmar Bergman, Après la répétition 

« Nous avons dansé ensemble toutes les figures que l’on peut imaginer: passion, tendresse, folie, trahison, colère, grotesque, ennui, amour, mensonges, joie, naissances, coup de tonnerre, clair de lune, meubles, articles ménagers, jalousies, grands lits, lits étroits, adultères, dépassements des limites, bonne foi – et encore – , larmes, érotisme, rien qu’érotisme, catastrophes, triomphes, contrariétés, injures, bagarres, angoisse, angoisse, désir, ovules, sperme, menstrues, départs, slips – et encore –, mieux vaut en finir avant que ça ne déraille – impuissance, lubricité, horreur, approche de la Mort, la Mort, nuits noires, nuits d’insomnie, nuits blanches, musique, petits déjeuners, des seins, des lèvres, des images, tourne-toi vers la caméra et regarde ma main, je la tiens à droite de la brochure, peau, chien, les rituels, le canard braisé, le bifteck de baleine, les huîtres abîmées, tricheries, cachotteries, viols, beaux habits, bijoux, attouchements, baisers, épaules, hanches, lumière étrangère, rues, villes, rivales, séducteurs, des cheveux dans le peigne, les longues lettres, les explications, tous les rires, le vieillissement, les ennuis de santé, les lunettes, les mains, les mains, les mains – voici que je termine ma litanie –, les ombres, la douceur, je t’aide, la côte à l’horizon, la mer – et maintenant, le silence. La montre en or de mon père, avec son verre fendu, fait son tic-tac sur le napperon au crochet sur la table, elle marque minuit moins sept. »
- Ingmar Bergman, Laterna Magica

Après Scènes de la vie conjugale et Après la répétition en 2013, Stan revient à Ingmar Bergman. L'envie de sonder plus profondément l'œuvre est partagée par Robby Cleiren, qui a participé à des spectacles de STAN tels que Trahisons, Les Estivants, The Monkey Trial et La Cerisaie. Sa compagnie, de Roovers, coproduit le présent spectacle. Il s'agit de la première collaboration avec Ruth Becquart, surtout connue pour son travail à la télévision au cours de ces dernières années.

Infidèles est basé sur le scénario du même titre de 1996 et sur Laterna Magica, l'autobiographie de Bergman, apparu en 1987. La pièce veut être un hommage à Ingmar Bergman, et en premier lieu à Bergman l'écrivain. Dans 'Infidèles', Bergman lui-même entre aussi en dialogue avec ses personnages et le « je » de l'écrivain est intégré dans la pièce. Cette exploration de la dimension autobiographique ne bascule cependant pas dans le voyeurisme, la confession ou le portrait psychologisant, mais illustre combien Bergman savait se montrer subtil et impitoyable en exposant les rapports humains.

La lecture théâtrale « ingénue » de l'œuvre fera ressortir encore davantage la lucidité et l'humanité, la vitalité et l'humour de l'œuvre bergmanienne. La pièce sera un hommage sans aucun artifice, une déclaration d’amour, un geste de respect et d'admiration refusant l'idolâtrie.

tg STAN & de Roovers - Infidèles
tg STAN & de Roovers - Infidèles
tg STAN & de Roovers - Infidèles
tg STAN & de Roovers - Infidèles
tg STAN & de Roovers - Infidèles
tg STAN & de Roovers - Infidèles
tg STAN & de Roovers - Infidèles
tg STAN & de Roovers - Infidèles
tg STAN & de Roovers - Infidèles
tg STAN & de Roovers - Infidèles
tg STAN & de Roovers - Infidèles
tg STAN & de Roovers - Infidèles

tg STAN & de Roovers - Infidèles

«Infidèles» au théâtre Garonne : ne jetons pas la pierre à la femme adultère
«Avec une mise en scène centrée sur les corps, les déplacements et la lumière, avec des décors a minima, avec cette simplicité, cette justesse du ton, cette respectueuse mise en abyme des mots de Bergman qui sont sa marque de fabrique, le collectif flamand, tout en nous donnant toujours ce sentiment que la pièce se crée sous nos yeux, raconte sur un mode unique ce drame banal de la vie ordinaire. Et nous, on aime toujours autant.»
Nicole Clodi, La Dépêche du Midi, 8 mai 2018

Les TG STAN (In)fidèles à Bergman au Parvis
«Quatre comédiens, un grand rideau, quelques meubles et des projecteurs qui réfléchissent la lumière sur de grands panneaux métallisés. Et une mise en scène au scalpel qui met à nu les relations. Un regard cru, quelquefois cruel sur l’amitié, la confiance, la fidélité, le couple mis à nu. Captivant et fascinant.»
Stéphane Boularand, Bigorre.org, 15 mai 2018

Un théâtre des âmes en souffrance
Armélie Héliot, Le Figaro, 5 septembre 2018

(In)fidélité Bergmanienne
«..on est trés vite rattrapé et happé par le jeu incroyable des acteurs qui insuflent de la légèreté et des silences dans les dialogues. Ce que Frank Vercruyssen appelle “mettre de l’air et de l’ironie”. On peut aussi qualifier cela de détachement. Rien n’est appuyé ou surjoué, tout est dit avec élégance et simplicité. La passion, la douleur, l’enfance et l’amour traversent cette pièce. Des scène de la vie, simples, jouées sur un moderato langoureux, sans précipitation par ces quatre comédiens exceptionnels.»
Stéphane Capron, Sceneweb, 11 septembre 2018

Festival d'Automne: le ballet de feuilles mortes des «Infidèles»
«Evoluant dans un décor léger et malléable, les quatre comédiens servent à merveille le texte d'Ingmar Bergman. Avec une intensité qui va crescendo, où la langueur savamment entretenue peut déstabiliser, ils mettent en relief les répliques ciselées du dramaturge et réalisateur suédois, parfois extraites de son autobiographie « Laterna magica » ; ils révèlent l'humour aigre-doux et l'humanité dissimulés sous la cruauté et l'ironie de façade.
Ce qui avait commencé comme un Feydeau sous anesthésie, se transforme en un drame de l'intime qui ravive les blessures et fait des protagonistes des pantins de l'amour, bringuebalés entre le carcan moral et le grand jeu mensonger des sentiments. Au son de Brahms ou de Mozart, c'est un ballet de feuilles mortes qui lentement se déploie. En guise de spectacle d'ouverture, le Festival d'automne pouvait difficilement trouver plus à-propos.»
Vincent Bouquet, Les Echos, 12 septembre 2018

«Infidèles» d'après Ingmar Bergman
«...le côté captivant et addictif se cache dans la simplicité apparente des dialogues... »
Alicia Dorey, Les 5 Pièces, septembre 2018

Infidèles
«C’est une pièce qui infuse et est toujours présente dans mon esprit deux jours plus tard.»
Axel Ito, (ceci n'est) Pas une critique, 12 septembre 2018

Infidèles de tg STAN et de Roovers, d’après le scénario Infidèles et l’autobiographie Laterna magica d’Ingmar Bergman – Festival d’Automne à Paris
« Jouent-ils leur personnage ou bien un autre ? La frontière est ténue entre la réalité et la fiction, comme si nulle barrière ne s’interposait plus entre les imaginaires présents. »
Véronique Hotte, Hottello, 12 septembre 2018

Infidèles, spectacle de tg STAN et de Roovers, d’après Ingmar Bergman, au Théâtre de la Bastille, Festival d’Automne à Paris
«...c’est cette écriture corrosive, incisive et théâtrale, cette dissection féroce d’un adultère et de ses conséquences que tg STAN met en scène avec jubilation et rouerie intelligente. Avec toujours cette distance heureuse, volontaire et affichée, cet art de dénoncer la théâtralité, la mettre en abyme, ce processus malin qui engage de fait le spectateur, témoin attentif d’une création en cours d’élaboration, lui ôtant toute empathie pour lui aussi le mettre à distance des faits exposés, le préserver de tout jugement. »
Denis Sanglard, Un Fauteuil pour L'Orchestre, 13 septembre 2018

Jolente & Frank sont là, c'est la rentrée
«C’est ce qu’il font aujourd’hui en piochant dans les écrits de Bergman pour proposer Infidèles qui n’est pas fidèle au scénario éponyme du cinéaste. Les joueurs opèrent un redéploiement des textes qu’ils ont réunis en remodelant leur agencement pour y insuffler ans leur jeu décalé, décalé en ce sens où les acteurs jouent au chat et à la souris avec l’incarnation d’un personnage et jouent cartes sur table avec les spectateurs. Cela peut créer chez les quasi abonnés à leurs spectacles de curieux court-circuits. »
Jean-Pierre Thibaudat, Mediapart, 13 septembre 2018

Les passions bergmaniennes prises dans les jeux de rôles de deux collectifs belges
«les acteurs de tg Stan et de De Roovers s'emparent à leur manière : peu de décor, des costumes qui n'en sont pas, du théâtre à vue, dans la cage noire du Théâtre de la Bastille. Mais cette manière fait merveille, parce qu'elle repose entièrement sur le jeu, un jeu pirandellien qui sans cesse brouille les rôles et les places – qui parle ? L'acteur ? La personne derrière ? Le personnage ? Comment ces trois états se nourrissent-ils les uns les autres ? – pour mieux faire apparaître le cœur dur et vivant des choses : la jalousie, l'envie folle d'aimer sans calcul, la perversité et le désir de possession, la situation impossible de cette femme qui paie deux fois plus cher que les hommes son infidélité et son désir d'être libre, la position de l'enfant…
Ruth Becquart (Marianne), Robbie Cleiren (le mari), Jolente De Keersmaeker (l'enfant) et Frank Vercruyssen sont remarquables, qui s'offrent tout entiers, avec la maîtrise qui est la leur, à ce jeu de rôles qui n'a rien de purement formel, mais au contraire met à nu la complexité des sentiments de ces êtres qui s'aiment et se blessent à en mourir. Et c'est bien l'émotion qui gagne, à la fin, sans jamais avoir été convoquée de manière racoleuse.»
Fabienne Darge, Le Monde, 14 septembre 2018

tg STAN: une compagnie flamande qui joue en français
TV5 Monde, 15 septembre 2018

Infidèles
« On a l’impression qu’à tout moment tout peut basculer. Il y a un trio et on aboutit de ce scénario, à une comédie noire absolument extraordinaire qui nous pousse dans le mélo. Des scènes épouvantables peuvent aboutir au comique et à l’humour noir. Je trouve ce spectacle d’une intensité formidable. C’est un spectacle finalement assez complexe et l’émotion est là. »
France Culture, 17 septembre 2018

Infidèles, ou la confusion des sentiments orchestrée par Bergman
« A l’abri d’un jeu, tout en subtilité et de légèreté distanciée, qui impressionne de naturel et d’intensité, les comédiens flamands : Jolente De Keersmaeker, Robby Cleiren, Frank Vercruyssen et, pour la première fois, Ruth Becquart, questionnent sans relâche une vérité intime et humaine aussi complexe que vulnérable. »
Amaury Jacquet, Publik Art, 17 septembre 2018

Infidèles 
« Fidèles à l'esprit de Bergman, avec cette langueur, cette sobriété gorgée de cruauté, ces instants de douceur aussi, les comédiens rendent tres humains ces personnages déchires au plus profond de leur être, sans les juger. Avec leur accent nordique, ils sont plus vrais que nature. »
Mathieu Perez, Le Canard Enchaîné, 19 septembre 2018

Infidèles
« Cette autopsie des amours défuntes qui se déroule selon le vrai-faux mode du "work in progress", bien évidemment il ne relève pas de l'improvisation, avec une épatante confusion des genres ponctuée de traits humour et d'instillations comiques telle la scène du "Songe" de Strindberg en version "anti-théâtre", se joue aussi du spectateur totalement conquis en brouillant les frontières entre la réalité, le réel, la fiction, l'autofiction et l'illusion théâtrale. »
Froggy Delight, septembre 2018

Infidèles, la radiographique impudique d’un triangle amoureux
« Totalement saisi par la présence de ses comédiens hors normes, intenses et mimant avec justesse la vie, la vraie, le public se laisse embarquer pour chaotique voyage au plus prés de l’humain. »
L'Oeil d'Olivier, 20 septembre 2018

Dans le puits sans fond bergmanien
« Je suis toujours impressionné par la façon dont Bergman combine légèreté, cruauté et autodérision. II traite de sujets cruels. Nous sommes cruels. Et en même temps, on se marre. »
Guillaume Tion parle avec Frank Vercruyssen et Jolente De Keersmaeker, Libération, 21 septembre 2018

Théâtre - Infidèles
« Comme à leur habitude, les comédiens flamands jouent de la distanciation, ne se prennent pas trop au sérieux, se moquent d’eux-mêmes et du théâtre, rappellent que tout cela n’est qu’une représentation, qu’ils ne font que raconter une histoire. La scénographie n’évoque aucun lieu en particulier. Mais malgré tout, ou grâce à cela peut être, ils sont plus forts que tous les drames réalistes. Et en sortant du théâtre, on a l’impression d’avoir connu Markus, David, Isabelle, Marianne, mais aussi d’avoir passé un bon moment (car si on est en larmes par moments, on rit aussi beaucoup) avec les comédiens de TG Stan et de Roovers. »
Pierre Charpilloz, Bande A Part, 23 septembre

"Infidèles" m.e.s. tg STAN et De Roovers
« Mais tg STAN et de Roovers vont plus loin en utilisant la musique diégétique comme métaphore filée. Les collectifs prennent un malin plaisir à torturer l’habillage sonore l’interrompant constamment. Ainsi les comédiens lancent-ils la musique pour la couper sèchement. Ce faisant, l’idée de rupture est constamment évoquée, preuve s’il en est que rien n’est si balourd chez les tg STAN (et malgré ce qu’ils veulent nous faire croire). Saluons enfin la truculence d’une scène  bien spécifique durant laquelle les comédiens se moquent des poses parfois discutables du théâtre contemporain telles qu’adoptées par certains de ses faiseurs, réaffirmant la volonté d’un théâtre sans esbroufes. »
Alban Orsini, Culturopoing, 24 septembre 2018

Le TG Stan de nouveau du côté de chez Bergman
« Le résultat est une réussite. Les quatre comédiens sont au meilleur de leur forme, la distribution fonctionne à merveille. On est pris immédiatement par ce qui se joue sous nos yeux, médusé par la puissance de vérité du théâtre quand il est mené de la sorte, sans artifice, dénudé, offert dans sa moelle. Ruth Becquart mène le jeu dans le rôle central et nous subjugue de bout en bout. On retrouve la finesse et la lucidité sans pareille de Bergman dans son auscultation du couple et des rapports humains, cette façon qui lui est propre de dépecer la psychologie humaine, de mettre en balance sur le plateau sincérité et mauvaise foi, sans que l’on sache sur quel pied danser. On renoue avec le tragique bergmanien et la légèreté que le TG Stan apporte systématiquement, sans tomber dans le cabotinage et on leur en sait gré. “Infidèles” déploie donc avec une belle tenue sa charge dramatique et ses enjeux narratifs, son réalisme noir, tout en gardant toujours une soupape de secours via l’humour, cette espièglerie et cette connivence particulière avec le public que la compagnie a toujours su préserver et qui fait l’une de ses plus belles qualités. Comme quoi l’on peut être grave et profond sans se prendre forcément au sérieux. Belle leçon ! »
Marie Plantin, Pariscope, 26 septembre 2018

Bergman à Paris
« Les familiers du tg STAN retrouvent avec plaisir une manière d’occuper l’espace, de montrer la fabrication du théâtre, de mettre à distance les personnages, de déconstruire, à partir d’un simple changement de vêtements, l’intrigue, le plus souvent avec humour. A être dialogué de bout en bout, le récit initial prend parfois une surprenante tonalité vaudevillesque, où l’auteur Bergman se perd au profit de David l’amant, où l’enjeu dramatique se dissipe dans le rire. Mais une vraie émotion naît, non seulement du personnage de l’enfant, déchiré entre ses parents, incité à se suicider avec son père, mais de son interprétation par Jolente De Keersmaeker, sidérante d’intensité. »
Monique Le Roux, En attendant Nadeau, septembre 2018
  

texte Ingmar Bergman, traduction Vincent Fournier
de et avec Ruth Becquart, Robby Cleiren, Jolente De Keersmaeker et Frank Vercruyssen
costumes An D'Huys
lumières Stef Stessel
production STAN et de Roovers
coproduction Festival D’Automne (Paris), Théâtre de la Bastille (Paris), Théâtre Garonne (Toulouse)

tg STAN & de Roovers - Infidèles
tg STAN & de Roovers - Infidèles
tg STAN & de Roovers - Infidèles
tg STAN & de Roovers - Infidèles
tg STAN & de Roovers - Infidèles
tg STAN & de Roovers - Infidèles
tg STAN & de Roovers - Infidèles